Expositiontemporaire

Les Animaux dans la Guerre 14-18. Exposition du 8 septembre au 30 décembre 2018

Ne manquez pas cette expo originale mettant en lumière les héros souvent oubliés de la Grande Guerre. Chiens, chevaux, pigeons, éléphant, ouistitis… se sont illustrés lors de ce sombre épisode de l'Histoire. S'ils ont mis un peu de baume au cœur des soldats qui se sont battus pour notre liberté, ils ont aussi permis de les tirer de situations parfois critiques jusqu'au péril de leur vie. Qu'ils aient été mascottes, messagers, photographes, sentinelles ou encore armes vivantes, leur contribution ne laissera personne indifférent.

Et pour le plaisir des plus jeunes, une conteuse racontera les Animaux dans la Guerre 14-18

Les : 9 septembre – 14 octobre – 11 novembre et 9 décembre, à 14h.

Bête[de] guerre

Entre 1914 et 1918, un grand nombre d'animaux en tout genre ont été utilisés sur le champ de bataille de la Grande Guerre, dans les tranchées, au sein des garnisons… En tout et pour tout, ce sont près de 14 millions d'animaux qui ont été mobilisés lors de ce conflit.

Tantôt véritable cheville ouvrière lors de ce conflit, bons nombres d'animaux sont également présents pour remonter le moral des troupes au combat. Faisant office de mascotte au sein des garnisons ou des compagnies, ces chers compagnons endurent et côtoient la vie rude des combattants.

Dans une Europe encore largement paysanne, soldats et officiers vont vivre pendant ces années de guerre largement au milieu des bêtes qui seront victimes en masse du conflit.

Ils n'avaientpas le choix...

Le plus célèbre des chiens de guerre est sans doute le Bull Terrier Stubby.

Ce chien a servi dans le 102e régiment d'infanterie de la 26e division d'infanterie américaine. C'est le chien le plus décoré de la guerre, obtenant même le grade de sergent (alors que son maître n'était que caporal).

Plusieurs chevaux ont fait preuve d'une grande bravoure durant la Première Guerre mondiale. Certains ont même été décorés par l'armée.

Comme par exemple Ragtime, un cheval anglais qui a reçu 5 médailles pour avoir participé aux 4 années de conflit. Il rentrera en Angleterre en 1924 et participera ensuite aux défilés avec les vétérans.

Le pigeon Vaillant, dernier pigeon de Fort Vaux (France) porta son ultime message à Verdun en bravant fumées toxiques et tirs ennemis.

Le message qu'il transportait disait : «Nous tenons toujours, mais nous subissons une attaque par les gaz et les fumées très dangereuse. Il y a urgence à nous dégager. Faites-nous donner de suite communication optique par Souville, qui ne répond pas à nos appels. C'est mon dernier pigeon. Signé : Raynal ».

Une exposition exceptionnellepour des héros très particuliers